L’oublie des êtres aimés

FeaturedL’oublie des êtres aimés

J’ai vécu quelque chose d’assez unique aujourd’hui. Alors je me suis dit que j’allais vous raconter un peu ce qu’il s’est passé. J’étais dans une mauvaise optique, négative ce matin. Et je n’avais guère envie de parler à qui que ce soit. Je re-pensais à cet amour perdu et que je serais mieux seule dans mon coin. Mais évidemment j’ai des ami(e)s et une en particulier ne s’est pas arrêter à la bulle que j’avais mis autour de moi. Et en quelques mots, quelques instants elle m’a apaisé. Ces mots, ces gestes, sont écoute m’a littéralement apaisé. Toute la douleur que je ressentais sur le moment diminuait. Je me suis alors rendue compte d’une chose très importante. Quand quelque chose de mal nous arrive on oublie souvent, très souvent, les gens qui nous entourent. On oublie nos proches, ceux qui sont là depuis le début et pour encore un bon moment. Ceux qui vous supportent quand votre humeur est sombre et sont heureux quand vous illuminer de toute flamme. Ceux qui ne prennent pas la peine pour promettre mais qui montre tous les jours que les actions vaut milles mots. Ceux qui vous secouent quand vous n’êtes pas sur le droit chemin ou que vous partez trop loin. Ils vous rattrapent, vous remontre la véritable personne que vous êtes. Ceux-là sont précieux, d’un trésor si rare qu’on oublie et je trouve ça malheureux. Même si nous le voulons parfois nous ne sommes jamais vraiment tout seul. Il peut avoir des cas rares où effectivement quelqu’un est tout seul et encore j’ai une autre opinion pour ce débat.

S’enfermer dans une bulle n’est plus ma seule option, je veux me donner les moyens d’être heureuse. Je ne veux plus compter mon bonheur sur un être-humain mais sur toute les petites choses que la vie donne et que nous ne voyons plus. On dit que le bonheur est éphémère mais c’est parce que nous ne savons pas quoi en faire. Nous l’utilisons pas comme il se doit et donc on finit par le perdre. Ne te laisse pas abattre, il y a toujours une pensée positive dans toutes situations je t’assure. Et si tu as besoin de sourire, de te sentir libéré d’un poids, de pleurer également, si tu as besoin de faire le vide, assis-toi quelque part. Écoute une musique qui t’apaise, et écrit. Que tu saches écrire ou pas, ne t’en fais pas, juste écris ce que tu as en tête, le reste se fera. Et tu verras la délivrance que cela procure.

Bonne nuit ou journée.

  • 14h18k

#nowplaying Crowded Places – Banks.

Les souvenirs d’antan

FeaturedLes souvenirs d’antan

Bonjour, bonsoir,

On s’est perdu sous la nuit étoilée. On s’est retrouvé. On a parlé, tout était lent. Puis tu m’as embrassé. Tu m’as susurré des mots doux à l’oreille. Que tu voleras la douce Lune, pour moi. J’ai souri parce que c’était ridicule. Mais tellement beau, j’ai pris ta main et je les ai serrée de toutes mes forces. C’était ma façon de lui dire je t’aime. Je me suis éprise de toi. Je suis tombée mais pas que. Et maintenant que je repense à ces jours d’antan je me dis que ce fut les meilleurs moments de ma vie. Ces souvenirs qui viennent se déposer dans nos têtes. Ce sentiment chaleureux qui nous enveloppe durant un moment. Un sourire béat sur le visage. J’aime nos souvenirs et la marque que tu as laissée en moi. J’aime me remémorer tes phrases de poète qui faisait chavirer mon coeur. J’aime nos moments de violence. Nos moments uniques, nos moments fous, imbibée de produit illicites. Et à deux, à deux on faisait la fête. On dansait sur des morceaux pourries qui nous faisait rire comme deux gamins qui cours dans un parc. Je me souviens de nos coups de gueules, et les moments où on se disait des méchancetés. Mais à la fin on revenait, plus fort que jamais. On ré-apprenais à se découvrir car il y avait tant que tu ne savais pas sur moi comme moi je ne savais pas sur toi. Et ça c’est beau, être avec quelqu’un mais prendre son temps pour la connaître, car si nous connaissons déjà tout ça devient vite lassant pas vrai? Mais tu sais encore aujourd’hui, tu as manqué tellement de chose de ma personne, de ma complexité et je trouve ça dommage. Mais maintenant que tu n’es plus là et que je ne suis plus là. Maintenant que nos chemins se sont séparés. Maintenant que tu as pris ton envol, que tu es partie sans mot dire, que tu m’as détruite et reconstruite, et re-déruite. Tu ne me manque plus. Souvent, on se trompe tu sais. Souvent, on croit manquer la personne. Mais en réalité ce que l’on manque ce sont nos souvenirs, nos habitudes prise avec. Parfois, c’est véritablement la personne mais c’est rare.
Ceci n’est que mon opinion.

  • 14h18k

#nowplaying Gemini Feed – Banks.

Complexité du monde

Complexité du monde

Cela fait un petit moment que je n’ai pas coucher mes mots sur un papier. Longtemps que je n’ai pas vraiment écris. J’ai eu tort. Je l’avoue. Il est vrai que souvent les personnes qui écrivent ou bien même les grands auteurs, s’exprime à travers les mots pour déposer leur maux quelque part. Mais ce n’est pas tout le temps le cas.

Parfois il m’arrive d’avoir peur. Peur de me perdre, de perdre le chemin que j’ai entrepris. De me laisser influencer par ce qui m’entoure. J’ai c’est grands moments de solitude. Pas dans le mauvais sens. Mais je me sens souvent seule. Détacher de ce monde, des conversations, des personnes qui sont en face de moi. Comme si je me voyais en dehors de mon propre corps. Comme si à ce moment ce n’était plus moi mais une personne comme les autres. Je regarde les autres de manière différente. Je me mets à penser des milliards de choses et m’abstiens de les dire à voix hautes. Car je sais, je sais que les gens finiront par me regarder de travers, de se dire que je suis malade. Parce que dans ce monde la différence c’est mal perçu. Et on a beau lutter contre, et tout ce que vous voulez, cela restera toujours pareil. Mon père m’a dit quelque chose un jour qui m’a marqué. J’ai vu à ce moment que l’être humain est à sa perte. Le premier tueur, meurtrier sur terre est Caïn. Et il m’a dit que quand l’homme n’était que quatre. Seulement quatre ils s’entretuaient déjà. Alors pensez-vous vraiment qu’un jour ce sera différent? Non. Ce sera même pire. Et ce que l’on vit ces derniers temps, on en vivra beaucoup pire. Car l’homme ne s’améliore pas. Il pourrait pourtant, mais pas à lui tout seul. Il a besoin d’une personne. D’une personne pour tout changer. C’est la seule personne qui peut les sauver, vous sauver, nous sauver de ce monde cruelle. Emplie de haine, de douleur, de tristesse, de solitude, de colère, de rage, d’égoïsme, d’injustice, de mensonge, de voleur.

Parfois les mots jaillit dans ma tête et je ne sais pas quoi en faire. Alors je les couches sur du papier ou te les glisse à l’oreille.
Tu comprends le paradoxe de mes pensées.
Complexe, je suis.

2016

J’ai l’envie d’écrire en cette nuit tardive. Je me sens si bien. Vous n’avez pas idées. J’ai vécu pas mal de choses. Me suis certainement perdue dans des mensonges, des choses mal. Je me suis posée des tonnes de questions. J’ai fais du mal à des personnes, ont m’en a fais du mal. Je voulais combler un vide. Mais je le faisais de la mauvaise manière. On veut tous combler ce vide, mais au lieu de le faire on l’agrandit encore plus en s’enfonçant nous-même dedans. Je ne me considère pas comme un grand écrivain. Je ne pense pas avoir un talent ou je ne sais quoi. Mais j’ai toujours eu cette envie d’écrire ce que je ressens. Tellement fort, que même les mots ne suffisent plus pour exprimer mes émotions. Mais je le fais quand même. Car d’une certaine manière c’est libérateur. Non. Cette année ne sera plus des textes dépressif. Des textes qui ne donne pas envie d’avancer. D’aller de l’avant. De grandir. Je n’ai plus envie, et ne suis plus cette personne. Les yeux de mon cœur ce sont ouvert. Ne critiquer pas ce que je compte dire là maintenant. J’aimerais qu’on respecte chacun ces croyances, et sa foi. Personnellement, j’ai d’une certaine manière rencontrer Dieu. Je suis née dans une famille chrétienne. J’ai toujours été baigné dedans. Mais je ne me sentais guère bien. J’étais perdue. Ne sachant pas qui je suivais, mes parents? Par obligations? Je faisais un faux-semblant pour satisfaire tous le monde. Mais au fond de moi je sentais que je n’étais jamais vraiment seule. Il était toujours là pour moi. Même quand je le repoussais et faisais comme s’Il n’existait pas. J’ai vécu des miracles. Rien qu’en 2014 quand j’ai eu mon accident de voiture. Quand on le voit de nos propres yeux, quand on le ressent. On ne peut pas l’ignorer. On ne peut pas. Je ne pouvais pas. Je suis heureuse grâce à Lui. Heureuse parce que j’ai retrouvée ma voie, ma voix. Je suis heureuse et je veux vous partager ma vie. Mes erreurs. Mes inquiétudes. Mes réussites. Je veux que cette année soit différente. Je veux un nouveau départ. T’as le choix aussi d’avoir un nouveau départ. Ce n’est pas simple. Je sais ce que sait d’être plus bas que terre, de vouloir mourir. Mais il y a tellement plus. Parfois, il faut juste avoir le courage d’ouvrir les yeux et d’être optimiste. Cela peut paraître idiot mais. Un peu de positivité dans vos phrases vous rend plus lumineux que d’être toujours négatif. Pour être heureux, il faut lâcher le passé. Avancer la tête bien haute. Etre positif. Et pour moi personnellement, avoir Jésus dans son cœur.

Bonne année mes lecteurs, je vous remercie d’ailleurs de prendre votre temps de me lire.